Le webdocu qui s’attaque au monde feutré des lobbyistes.

Alors que les lobbys sont une véritable institution aux États Unis, ils restent plus discrets au coeur de la vie politique européenne. Qu’on ne laisse pas abuser, si les cabinets d’influence et les lobbyistes d’entreprises ou d’associations ne s’exposent  pas directement, ils n’en sont pas moins profondément implantés à Bruxelles, centre névralgique du système parlementaire européen.

MATTHIEU LIETAERT est docteur en sciences politiques. Il a créé The Brussels Business avec FRIEDRICH MOSER. Ce documentaire a été coproduit avec ARTE, RTBF et ORF.

Matthieu Lietaert, co-créateur de The Brussels Buisness est aussi l’auteur du livre « Web Documentaires, guide de survie et conseils pratiques ». Retrouver son interview sur le blog documentaire.

Retrouver le documentaire complet :

http://www.dailymotion.com/video/xv74c4_the-brussels-business-docu_news#.UN7p-bZr0Xw

En France, on se méfie du lobbyisme

En France, le lobbying reste un milieu confidentiel qui souffre d’une image péjorative. Rappelons que cette activité consiste à défendre les intérêts d’un groupe auprès des décideurs politiques. Cela reviendrait alors à défendre l’intérêt de particuliers auprès de ceux qui sont chargés de défendre l’intérêt général. Dans son rapport de 2008 sur le lobbying pour la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale, Jean-Paul Charié dénonçait  déjà cette conception du métier. Il pointait notamment les dérives possibles :

«Le lobbying, ce n’est pas agir pour garantir ou obtenir une part de marché ou unecommandePour de très nombreuses entreprises travaillant avec des collectivités, des administrations ou des ministères, comment ne pas croiser les missions du lobbyiste avec celles du commercial ? Ainsi, le lobbyiste est ainsi parfois rattaché à la direction commerciale de l’entreprise. Le lobbyiste devrait être rattache au Président, au secrétaire général, au directeur juridique, au directeur stratégique…, mais pas au commercial. ».

Le « vrai » lobbyisme serait d’utilité publique selon le député J.P Charié. En « mettant en valeur des aspects et intérêts particuliers », il éviterait de voter des lois inapplicables ou contreproductives, qui plomberaient les activités économiques des entreprises françaises, et du même coup l’équilibre du pays.

Image

Le lobbying : l’outil de la démocratie ?

 Le lobbying serait un outil pour la démocratie car, comment imposer des lois sans tenir compte de la réalité du terrain et des contraintes des acteurs ? Il faut être bien informé sur la situation avant légiférer, mais les parlementaires qui votent les lois ne peuvent êtres érudits dans tous les domaines. Il faut donc leur permettre d’être informés, certains diront d’être “conseillé” par des interlocuteurs compétents en la matière. C’est pourquoi les lobbyistes résument souvent leur compétence comme la propension à savoir délivrer à la bonne personne (le décideur dont les actions auront le plus d’impact par rapport à la sphère d’activité visée) la bonne information au bon moment.

Le manque de temps ne facilite pas l’exercice de la démocratie. D’autant plus que la loi française permet aux parlementaires de cumuler un autre mandat. Un député européen peut par exemple conserver sa fonction de conseiller régional. Dans ces conditions, recevoir des propositions de texte de loi “revues et corrigées” par un “conseillé” est appréciable. Pour être en mesure d’accomplir de telles actions, il faut évidement réussir à approcher les parlementaires et leurs collaborateurs. Des  conglomérat ou une associations peuvent être formés entre entreprises partageant des intérêts communs. Il sera alors plus facile de peser auprès des décideurs. Il faut donc savoir créer et entretenir et tirer profit de relations.

Image

Tu seras lobbyiste mon fils

Le lobbyiste doit être extrêmement réactif, bien informé cela va de soit et surtout disposer d’un cercle de relations fourni. Il existe aujourd’hui des formations qui préparent à l’exercice de ce métier… d’aucun diront que ce qui prévaut reste le carnet d’adresse. Il est également nécessaire, bien souvent d’être spécialiste dans un domaine particulier, cela permet de gagner en crédibilité. Être docteur en physique nucléaire donnera certainement plus de poids aux arguments d’un lobbyiste défendant les intérêts d’un groupe comme Areva.

Avancer à couvert

Les  dossiers traités par les lobbyistes sont souvent sensibles, ce qui ne favorise pas la transparence. Les enjeux économiques, les questions d’image de marque mais aussi la mauvaise réputation dont pâti le milieu en France maintiennent une certaine opacité.

La tendance commence à s’inverser, timidement. Le rapport Charié avait abouti à la création d’une charte éthique et d’un registre des lobbyistes, mais l’adhésion n’était pas obligatoire.

On imagine que certains préfèrent ne pas divulguer le nom de l’organisation pour laquelle ils oeuvrent. Les décideurs politiques réussissent ils toujours à identifier clairement les objectifs des nombreux intervenants qui tentent de les approcher ? Cela paraît difficile tant la nébuleuse de relations qui se tissent est complexe. En définitive, il devient très compliqué d’encadrer l’exercice de cette activité si l’on n’est pas en mesure d’identifier les influenceurs et les conflits d’intérêts auxquels ils pourraient être confrontés.

Quand les citoyens s’en mêlent : watchdog et exploitation de datas 

L’association Transparence International France s’étonnait en décembre 2011 que seulement 144 lobbyistes soient inscrit sur le registre de l’Assemblée nationale. Elle a créé avec Regards Citoyens .org un outil collaboratif pour établir une base de donnée et  répertorier les lobbyistes de l’Assemblée

Le but est aussi de définir pour qui chacun travaille. Cette veille faciliterait la surveillance des procédés utilisés par les acteurs économiques pour faire valoir leurs intérêts. Une telle initiative montre bien la perte de confiance des citoyens dans les institutions politiques, mais prouve aussi leur volonté de s’impliquer pour agir. Alors, le lobbyisme d’utilité publique, c’est pour demain?


2 responses to “Le webdocu qui s’attaque au monde feutré des lobbyistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :